Une démarche participative pour la protection de la ressource en eau

Foire aux questions

Co-Click’Eau, c’est quoi ?

Co-Click’Eau est une démarche participative pour la protection de la ressource en eau. Elle propose une négociation collective des porteurs d’enjeux sur le territoire pour la réduction des pollutions diffuses d’origine agricole. Cette démarche permet, via la conception de scénarios de territoire, l’évaluation quantitative et pluricritères des effets environnementaux et socio-économiques des pratiques agricoles. Il s’agit d’une démarche outillée ; en effet, Co-Click’Eau mobilise un outil de simulation basé sur un modèle d’optimisation sous contraintes.

Attention ! Co-Click’Eau ne peut pas prédire la qualité de l’eau au captage, ce n’est pas une modélisation hydrogéologique.

Quelle est la relation entre la démarche réglementaire Captages et la démarche Co-Click’Eau ?

Co-Click’Eau a été réfléchi et conçu pour s’insérer à la démarche réglementaire, ce n’est pas une étape en plus.

Co-Click’Eau s’insère au sein de la démarche réglementaire entre la réalisation du Diagnostic Territorialisé des Pressions Agricoles et l’élaboration du programme d’actions. Co-Click’Eau vise donc à faciliter l’élaboration du programme d’action en apportant des éléments de réflexion aux acteurs. Ainsi, cette démarche n’a pas été conçue pour l’évaluation du programme d’action.

Qui intervient dans la mise en œuvre de Co-Click’Eau sur le territoire?

La démarche Co-Click’Eau devra être portée par l’animateur du captage. Celui-ci sera chargé de la mobilisation des acteurs du territoire.

Pour la première étape de la démarche, l’animateur devra mobiliser des experts locaux des pratiques agricoles. Ce groupe aura par exemple pour mission de décrire des itinéraires techniques et d’y associer des valeurs d’indicateurs. Ses membres appartiennent à des organismes agricoles : Chambres d’agriculture, CIVAM, GAB, organismes stockeurs, CETA... La neutralité de ce groupe est essentielle pour assurer la richesse de la démarche. C’est ce groupe technique qui va définir les paramètres d’entrée du simulateur.

La définition de l’orientation du programme d’action, l’identification des contraintes des acteurs du territoire, la proposition de scénarios mobilisent quant à eux le comité de pilotage du captage.

Co-Click’Eau peut-il être utilisé sur des captages à enjeu nitrate ou produits phytosanitaires ?

La démarche a été conçue dans le cadre de l’Action 21 du plan Ecophyto 2018 et est pilotée par le Ministère en charge de l’Environnement. L’outil a donc été conçu et financé en vue des problématiques phytosanitaires. Cependant, la démarche est tout à fait pertinente pour des captages à enjeu nitrate ou, plus globalement, tout territoire à enjeu environnemental nécessitant une concertation.

Quelles sont les données nécessaires à la mise en œuvre de Co-Click’Eau ?

L’outil de simulation Co-Click’Eau croise, comme paramètres d’entrée, (i) une base de données, renseignée par le groupe technique, de conduites culturales types caractérisées par un jeu d’indicateurs avec (ii) les objectifs exprimés par les acteurs du territoire.

Quelles sont les sorties de l’outil Co-Click’Eau ?

Pour chaque jeu d’objectifs exprimés par les acteurs, l’outil propose un scénario de territoire qui correspond en fait à une représentation de l’assolement des « façons de cultiver ». Une « façon de cultiver » représente une culture dans un milieu donné selon un mode de conduite donné.

A ce scénario de territoire l’outil associe une série d’indicateurs qui ont pour but de représenter des performances environnementales et socio-économiques ; par exemple : l’IFT, la marge, la consommation d’énergie, le reliquat d’azote début drainage...

Combien ça coûte ?

La formation, l’utilisation de l’outil en ligne et l’accompagnement par l’INRA Grignon sont financés dans le cadre du plan Ecophyto ; il reste donc à la charge des acteurs du captage le temps qu’ils consacrent à la mise en œuvre de la démarche.

Combien de réunions nécessite la mise en œuvre de la démarche Co-Click’Eau ?

La mise en œuvre de Co-Click’Eau nécessitera un investissement important de la part de l’animateur du territoire, qui pourra être à tout moment accompagné par l’équipe de l’INRA Grignon.

Globalement, la gouvernance de la démarche doit être souple et adaptée localement. Le comité de pilotage est préexistant à la démarche et se réunit déjà sur le territoire régulièrement. L’animateur devra animer différemment ces réunions de manière à y insérer la démarche Co-Click’Eau.

En amont, l’animateur devra mobiliser les experts du groupe technique à plusieurs reprises pour renseigner la matrice technique. À titre d’exemple, sur les territoires tests, 2 à 3 réunions ont été nécessaires.

En quoi consiste l’accompagnement proposé par l’INRA ?

L’équipe Co-Click’Eau de l’INRA Grignon se tient disponible pour accompagner les acteurs des territoires qui veulent mettre en œuvre la démarche.

Il s’agit d’un accompagnement à la demande et à la carte : l’animateur peut être aidé lors du choix et des calculs des indicateurs, pour la facilitation du comité technique, lors de la manipulation de l’outil de simulation...

Vous pouvez nous contacter.

Est-ce que Co-Click’Eau peut être utilisé sur tous les territoires ?

La démarche a été testée sur des territoires de grandes cultures : la Fosse de Melun en Seine-et-Marne, Airon Saint Vaast dans le Pas-de-Calais, l’Habit dans l’Eure et Châteaudun dans l’Eure-et-Loir. Elle a été par la suite mise en œuvre sur les bassins de l’Arnoult en Charente-Maritime et du Vivier dans les Deux-Sèvres.

L’équipe INRA de Grignon est intéressée pour utiliser Co-Click’Eau sur la diversité des territoires, notamment les territoires de cultures pérennes et de polyculture élevage. N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.

Comment mettre en œuvre la démarche Co-Click’Eau ?

Pour mettre en œuvre la démarche Co-Click’Eau, il est préférable de se former. Des formations gratuites de 2 jours sont réalisées à Paris, vous pouvez vous inscrire.

En cas de groupe suffisamment important, des formations délocalisées peuvent être envisagées.

Pour plus d'informations, n'hésitez pas à nous contacter.


Outil développé dans le cadre de l'action 21 du plan Ecophyto 2018 :
Piloté par :
Financé par :
Avec le support scientifique de :